Fiche d’information

La communauté mathématique internationale est profondément inquiète de la situation d’Azat Miftakhov, un étudiant de l’université d’état de Moscou qui est détenu depuis février 2019 par les autorités russes. 

Les mathématiciens sont consternés et horrifiés par le verdict du tribunal de district de Golovinsky, annoncé le 18 janvier 2021, le condamnant à « six ans de prison avec une peine à purger dans une colonie du régime général ». « La réhabilitation de Miftakhov n’est possible qu’en isolement de la société dans une colonie pénitentiaire à sécurité moyenne », a décidé le tribunal.

Azat est un jeune mathématicien talentueux originaire du Tatarstan (Fédération de Russie). Dès l’école, il a remporté des prix dans plusieurs concours de mathématiques et reçu le soutien offert aux jeunes talents par le ministère de l’Éducation et de la Science. Étudiant à Moscou, il s’est impliqué dans le mouvement anarchiste. En février 2019, juste après son retour d’une conférence à Nizhni Novgorod où il avait donné son premier exposé en anglais, Azat a été arrêté par la police et accusé d’avoir fabriqué des explosifs. Il a été torturé au poste de police. Après trois jours, Azat a été relâché, le tribunal n’ayant trouvé aucune preuve justifiant sa détention.

Il a été immédiatement arrêté à nouveau dans la cour du poste de police et accusé de la destruction d’une fenêtre d’un bureau du parti politique « Russie unie », événement qui s’était produit plus d’un an auparavant. Il est maintenu en prison depuis. L’absence de preuves dans le cas d’Azat est inquiétante, ainsi que son maintien en détention préventive pour la plus grande partie du temps qui a suivi son arrestation. Azat a plaidé non coupable.

Témoins secrets

Les charges contre lui sont basées sur les témoignages de deux « témoins » secrets. L’un d’eux l’aurait reconnu à cause de ses « sourcils expressifs » (étant donné que les lanceurs de bombes fumigènes portaient des masques). Il a offert son témoignage pour la première fois près d’un an après l’incident. Il a expliqué qu’il a vu Miftakhov dans les bureaux de « Russie unie », mais qu’il ne pouvait pas appeler la police à l’époque parce que son téléphone était hors d’usage. Il ne s’est souvenu de l’incident qu’après avoir vu les nouvelles de l’arrestation de Miftakhov en février 2019. Ce « témoin » secret est mort le 15 janvier 2020, plusieurs mois avant le procès, et son témoignage n’a donc pas été contre-examiné par la défense.

L’autre « témoin » n’était pas présent sur la scène de crime et il n’a témoigné qu’en ce qui concerne l’appartenance de Miftakhov au mouvement anarchiste « Auto-défense du peuple ». Pendant l’audition au tribunal Golovinsky le 13 octobre, ce « témoin » a participé par lien vidéo depuis la salle du tribunal militaire du deuxième district occidental (l’audition elle-même était fermée aux journalistes et au public, à cause du coronavirus). Nikita Taranishchenko, avocat d’un co-défendant du même procès, a remarqué que les déclarations du témoin différaient de manière significative de l’information donnée pendant l’enquête. Le « témoin » lui-même a admis pendant l’audition qu’une partie importante de son témoignage sur Miftakhov n’était que de la spéculation.

Au tribunal, Miftakhov a nié les accusations et déclaré que l’affaire est une invention. 

“Expressive Eyebrows”: Azat Miftakhov Jailed After Secret Witness Testifies

“Expressive Eyebrows”: russian anarchist Azat Miftakhov jailed after secret witness testifies

Miftakhov’s case. The death of a secret witness marks the latest twist in the trial of a Russian graduate student and anarchist activist

Prisonnier politique

La principale organisation des droits humains de Russie, le Centre pour les droits humains Memorial, a déclaré Miftakhov prisonnier politique :

« Le Centre pour les droits humains Memorial considère que les poursuites contre Azat Miftakhov sont des exemples sans équivoque de l’utilisation de procédures pseudo-juridiques pour mettre fin à une activité de la société civile que les autorités jugent indésirable (…) l’usage de la torture n’a pas aidé les agents des forces de l’ordre à fabriquer de manière plausible une affaire criminelle (…) les délits dont il a été accusé manquent tellement de substance qu’il n’a été mis en détention provisoire qu’à la troisième tentative, quelque chose qui est pratiquement inédit. » 

Memorial fait allusion dans cet extrait au fait que le tribunal a refusé à deux reprises, pour « insuffisance de preuves », la requête de l’accusation d’arrêter Miftakhov. 

Un dossier détaillé sur Miftakhov est disponible sur le site russe de Memorial.

L’Union inter-régionale des professionnels de l’enseignement supérieur « Solidarité université » a rendu publique une déclaration sur Miftakhov le 3 août 2019 :

La déclaration note que Miftakhov a été torturé et qu’il « est impossible de lui envoyer des ouvrages mathématiques ». L’Union affirme qu’« il est nécessaire que Miftakhov soit libéré de détention provisoire » et exhorte « les mathématiciens- collègues [de Miftakhov] à soutenir cette initiative ». L’avocat de Miftakhov demande qu’il soit mis en résidence surveillée plutôt qu’en prison jusqu’à ce que son procès ait lieu. 

Torture

Le 16 janvier 2019, des menaces contre Miftakhov sont apparues sur une page Telegram anonyme «  Un agent vend la mèche » (« Опер Слил »), une page probablement liée aux forces de sécurité. Il y a une photo du passeport de Miftakhov sur ce post, des « salutations de Nizhni Novgorod » (littéralement) aux anarchistes de Narodnaya Samooborona et une menace contre Azat exprimée par des grossièretés.   

L’arrestation et la torture de Miftakhov se sont produites peu après, début février :

Miftakhov a déclaré à son avocat avoir été torturé avec un tournevis électrique. Mr Valery Borshchyov, membre de la Commission indépendante pour la surveillance des prisons (Oбщественная наблюдательная комиссия), a confirmé que Miftakhov a été torturé. «  Il a des blessures sur le corps, sur le cou. J’ai vu des traces de torture par un tournevis électrique », a dit Borshchyov (Radio Free Europe). Cette déclaration a aussi été rapportée dans un article de Novaya Gazeta.

L’arrestation de Miftakhov a été filmée et diffusée par la chaîne de télévision dont l’État est propriétaire, Russia-24 (début à 0:20). Ce rapport extrêmement choquant qui viole les droits fondamentaux de Miftakhov n’est pas le seul diffusé par Russia-24. Un autre rapport révoltant diffusé le 11 avril 2019 pourrait même mettre sa vie en danger. 

Il n’y a jamais eu d’enquête sur la torture et le tribunal n’a jamais statué sur cette question. Il y a eu une vérification avant enquête (доследственная проверка) mais jamais d’enquête réelle. 

Pression sur la famille de Miftakhov

Une autre question troublante dans l’affaire Miftakhov est la pression sur sa famille exercée par les autorités de l’État. Le 6 juin 2019, le beau-père de Miftakhov et sa sœur mineure ont été appelés (sans mandat officiel) au poste de police de Nizhnekamsk, où ils vivent. Là, selon des parents de Miftakhov, ils ont été menacés d’avoir « des problèmes » au travail et à l’école s’ils ne cessaient pas de le soutenir. 

La condamnation antérieure de Miftakhov 

Miftakhov a été condamné dans une affaire antérieure en 2017. Selon un reportage de la BBC, dans la nuit du 19-20 mai 2017, Miftakhov et un ami ont marché dans Mascou et rencontré deux jeunes gens non identifiés qui, tout en marchant, ont commencé à casser les caméras de surveillance vidéo extérieures. Au 3 de la rue Tverskaya-Yamskaya, la police a essayé de les arrêter mais Miftakhov et un ami se sont échappés en courant. La police les a rattrapés et les fugitifs ont alors sorti des bombes de spray au poivre et ont pulvérisé le spray dans les yeux des poursuivants. Malgré cela, ils ont été arrêtés. Miftakhov et le deuxième détenu ont complètement admis leur culpabilité et ils ont été condamnés à des amendes de 45000 roubles chacun [c. 500 euros]. Le tribunal a pris en compte le fait que Miftakhov « a des témoignages exclusivement positifs sur son caractère, soutient matériellement ses parents et sa sœur mineure et qu’il a fait des excuses publiques à la victime », et l’a aussi volontairement indemnisée pour le dommage causé.

Ce jugement ne peut devenir une épée de Damoclès pesant indéfiniment sur Miftakhov, encore moins une raison pour lui inventer des crimes qu’il n’a pas commis. 

Le procès

Après de nombreux délais, le procès a commencé le 8 juillet 2020 et a duré jusqu’au 23 décembre 2020. Les journalistes et le public n’ont pas été autorisés à entrer dans le tribunal, à cause des restrictions dues au coronavirus.

Selon le procureur, le 31 janvier 2018, cinq personnes ont attaqué le bureau de « Russie unie » dans le district de Khovrino, dans la capitale. Elena Gorban a été accusée d’avoir cassé la vitre avec un marteau, Alexei Kobaidze d’avoir lancé une bombe fumigène dans le bureau, Alexei Eikin d’avoir filmé tous les événements, Svyatoslav Rechkalov d’avoir posté un engistrement sur Internet ; Azat Miftakhov se serait tenu à proximité et aurait surveillé la situation. Kobaidze et Rechkalov ont quitté la Russie et sont actuellement sur la liste des personnes recherchées. Gorban et Eikin sont co-défendants dans l’affaire, ils ont partiellement admis leur culpabilité et le procureur a demandé pour eux des peines avec sursis. Selon Novaya Gazeta, les experts ne classent pas comme arme la bombe fumigène jetée dans le bureau de Russie unie.

La cour accuse seulement Miftakhov d’avoir été présent et d’avoir été témoin d’un acte de vandalisme. Le procureur a requis 8 ans de prison contre lui.

Selon un article récent, «  pendant l’enquête préliminaire, puis pendant l’instruction judiciaire, Miftakhov a clamé son innocence et a refusé d’admettre sa culpabilité. Ses déclarations sont confirmées par le témoignage d’Eikin et de Gorban, qui ont affirmé que, le 31 janvier 2018, Azat n’était pas avec eux. » 

Selon un autre article récent, Eikin, qui a plaidé coupable, affirme qu’il n’a jamais rencontré Miftakhov. Un autre protagoniste de ce procès, Alexei Kobaidze, n’a pas pu reconnaître Azat lors d’une procédure d’identification de la police. Cette information a été confirmée dans un post sur Telegram de l’avocat de Miftakhov, Svetlana Sidorkina :

https://t.me/pchikov/4095

La déclaration de Miftakhov au tribunal le 23 décembre est disponible ici.

Témoignages

Pendant sa détention, Azat Miftakhov a réussi à publier deux prépublications mathématiques sur arxiv. Dr Sergey Berezin, qui a co-signé avec lui un de ces articles, intitulé « On barycenters of probability measures » (Bull. Pol. Acad. Sci. Math. 68 (2020), no. 1, 11–20; arxiv), a écrit :

« A la fin de 2018, j’ai participé à la conférence sur les probabilités et la physique mathématique pour jeunes mathématiciens, organisée dans le département de l’institut Steklov à Saint-Pétersbourg. Un autre participant était Azat Miftakhov. Il a donné un joli exposé sur l’estimation de la distance de Kantorovich entre les mesures invariantes de deux diffusions de Ito via les coefficients de tendance et de diffusion correspondants. 

Plus tard, j’ai appris l’arrestation d’Azat. J’ai aussi appris qu’Azat travaillait sur les théorèmes de caractérisation pour les barycentres des mesures sur les espaces de dimension infinie et je suis allé lire les notes d’Azat. Il est clair que l’auteur a sans aucun doute un grand potentiel mathématique. Beaucoup de problèmes clés avaient déjà été résolus dans les notes ; et j’ai essayé moi-même de boucler quelques problèmes liés encore ouverts. J’ai donc envoyé un mail à Azat avec mes idées. Quelques semaines plus tard, j’ai eu sa réponse, et nous avons commencé à échanger des mails dans les deux sens jusqu’à ce que la prépublication soit prête.

L’aspect le plus gênant de tout le processus, c’étaient les délais — comme je l’ai appris plus tard, mes mails étaient relayés via plusieurs personnes, imprimés et ensuite seulement transférés au centre de détention où est Azat. En fin de compte, je suis content de réaliser que nous avons réussi à publier ce papier. »

Le professeur Alexander Bufetov a écrit le 8 août 2019 au Comité sur les droits humains des mathématiciens de la Société américaine des mathématiques le message suivant :

«  Pendant l’hiver 2018, Azat Miftakhov a donné un exposé brillant sur son travail de thèse à une conférence internationale annuelle de jeunes mathématiciens à Saint-Pétersbourg, organisée par Ildar Ibragimov et moi-même. Le  résultat principal de Miftakhov est une estimation intéressante de la distance de Kantorovich entre les distributions stationnaires de diffusions en fonction des coefficients des équations de Kolmogorov correspondantes. Ce résultat suffit largement pour une thèse de doctorat. Miftakhov a semblé être en bon chemin pour la soutenance de son doctorat prévue pour 2019.  J’ai été impressionné par le potentiel professionnel de Miftakhov et je l’ai encouragé à candidater pour le colloque et l’école d’été de la Chaire Jean Morlet au CIRM que Tamara Grava et moi-même avons organisés à Luminy pendant le dernier trimestre de printemps. L’arrestation soudaine de Miftakhov a mis un terme à ces plans. 

En prison, Miftakhov est privé de l’opportunité de pratiquer sa profession. Les règlements de la prison interdisent la plupart des livres de mathématiques et tous les articles de journaux mathématiques. La correspondance en prison est soumise à la censure. Dans une lettre que Miftakhov m’a adressée à propos de son travail, la formule mathématique avait été barrée par la censure. Dans ces condtions, Miftakhov ne peut pas terminer sa thèse. » 

Le professeur Anatoly Vershik, ancien président de la Société mathématique de Saint-Pétersbourg, membre de l’Académie européenne des sciences, lauréat du prix Humboldt, chercheur en chef de la section de Saint-Pétersbourg de l’Institut Steklov des mathématiques de l’Académie des sciences de Russie, a dit à Novaya Gazeta le 10 janvier 2021 :

«  Les actions en soutien d’Azat ont commencé immédiatement après qu’il a été emprisonné, le seul à l’être parmi les accusés ». Les collègues d’Azat et les étudiants de l’université d’état de Moscou ont affirmé à plusieurs reprises que le cas avait été falsifié. Nous, les mathématiciens, nous sommes des gens méticuleux, nous voulons des preuves. Peu à peu, même les sceptiques les plus conservateurs ont pris conscience de l’absurdité de la situation autour d’Azat Miftakhov. Et bien qu’il soit encore très jeune et qu’il n’ait pas eu le temps de faire une contribution majeure à la science, le cynisme qui entoure ce talentueux jeune homme (même entre les barreaux, il a réussi à publier deux articles scientifiques) fait que les mathématiciens du monde entier se sentent concernés par son sort. 

Le Congrès international des mathématiciens a lieu tous les quatre ans et c’est un événement important dans la communauté scientifique du monde entier. Pétersbourg a rivalisé avec Paris pour le droit à accueillir le congrès et les membres du comité exécutif penchaient pour la France. Le porte-parole russe a dit que les autorités russes étaient prêtes à accorder une dispense de visa à tous les participants et cela a fait pencher la balance.

La lettre, signée par 2500 scientifiques du monde entier, dit : « Pour nous scientifiques, la liberté est une des plus hautes valeurs. Assister au congrès alors que notre collègue Azat Miftakhov est détenu arbitrairement nous posera un dilemne sérieux, ainsi qu’à la communauté mathématique toute entière ». Et je suis complètement d’accord avec cela. » 

Liens utiles

Le verdict consternant dans le cas du mathématicien russe Azat Miftakhov

Des mathématiciens écrivent aux organisateurs du Congrès International des Mathématiciens à St Pétersbourg en 2022

Pétition en soutien d’Azat Miftakhov signée par plus de 3000 mathématiciens de plus de 15 pays

«  Мы призываем суд освободить Азата Мифтахова » [Nous appelons la Cour à relâcher Azat Miftakhov] Lettre d’académiciens, de correspondants et de professeurs de l’Académie russe des sciences  

Mise à jour de la Société américaine de mathématiques (AMS) sur le cas d’Azat Miftakhov

Lettre exprimant l’inquiétude de Jill Pipher, Président de l’AMS, adressée au tribunal où Miftakhov est jugé et exhortant les autorités russes à faire preuve de clémence et de compassion dans le verdict

Une déclaration de la Société mathématique de France (SMF) sur le cas d’Azat Miftakhov

«  Manifestação a favor de Azat Miftakhov  »  de la Société brésilienne de mathématiques 

Manifestation d’inquiétude de la Société italienne de mathématiques

Un autre militant politique emprisonné en Russie : la déclaration de Human Rights Watch “La condamnation d’Azat Miftakhov est clairement injuste et inique, et les autorités devraient l’annuler immédiatement et sans condition.”

Le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE (BIDDH) a exprimé son inquiétude après qu’un tribunal russe a condamné Azat Miftakhov à une longue peine de prison pour hooliganisme.

D’autres liens utiles et une chronologie de l’affaire sont disponibles sur le site miftakhov.org