Categories
Uncategorized

Lettre ouverte de mathématiciens russes au comité exécutif de l’IMU à propos du mathématicien et prisonnier politique Azat Miftakhov

86 mathématiciens russes ont envoyé la lettre qui suit au comité exécutif de l’Union Mathématique Internationale au sujet du cas de notre collègue Azat Miftakhov. Les mathématiciens russes peuvent continuer à signer cette lettre en suivant ce lien.

Chers et chères membres du comité exécutif de l’Union Mathématique Internationale (IMU),

A l’été 2022, des mathématiciens du monde entier vont se rassembler pour célébrer les résultats de nos collègues, et notre discipline en général, pendant le Congrès international des mathématiciens qui doit avoir lieu à Saint Pétersbourg, en Russie. Cet événement est de la plus haute importance pour la communauté mathématique mondiale. La liberté de réunion, la coopération scientifique ouverte entre des communautés académiques de nations différentes et la neutralité politique sont toutes des valeurs fondamentales que le Congrès va garantir à tous les mathématiciens, ce pourquoi nous saluons la décision d’organiser le Congrès en Russie et de rendre possible la participation de centaines de nos collègues. Pourtant, un mathématicien russe est privé de cette opportunité par les autorités russes, pour des motifs politiques – en opposition aux valeurs mêmes qui sont chères à l’IMU.

Nous faisons référence à Azat Miftakhov, étudiant diplômé de la Faculté de mécanique et de mathématiques de l’université d’Etat de Moscou et militant anarchiste, qui a été illégalement incarcéré par les autorités russes depuis le 1er février 2019. Accusé d’avoir brisé une vitre d’un bureau local du parti dirigeant de Russie, il a été initialement détenu sous l’accusation de tentative d’attaque terroriste. Grâce à la prompte réaction de la société civile et de la communauté mathématique mondiale, cette accusation a été abandonnée par les procureurs d’État, mais Miftakhov a été cependant reconnu coupable d’« hooliganisme » et condamné à une détention de six ans dans une prison fédérale — peine qu’il est toujours en train de purger. Pour le moment, il est forcé de travailler dans une scierie malgré des problèmes de santé et on lui refuse l’accès aux publications mathématiques récentes en anglais.

Les faits ne laissent aucun doute sur les motivations politiques derrière sa persécution. Il a été signalé qu’Azat et d’autres détenus ont été torturés pour les contraindre à des confessions (y compris par des menaces de pénétration avec un tourne-vis), que les autorités ont fait pression sur la famille d’Azat tout au long des procédures pénales. Toute l’accusation repose exclusivement sur le témoignage d’un « témoin secret » qui n’a pas résisté à l’examen public. Il y a eu de plus une apparente campagne de dénigrement contre Miftakhov dans des médias chauvins, dont certains contrôlés par l’état, campagne qui a inclus l’utilisation d’insultes homophobes contre lui et la diffusion d’informations privées qui n’ont pu être acquises de manière légale, comme des photos intimes d’Azat ou des enregistrements d’appels téléphoniques avec sa mère. 

L’affaire Miftakhov n’est en aucune manière un cas isolé : depuis le 31 janvier 2018, quand a eu lieu le crime dont Azat a été accusé, le Service fédéral de sécurité de Russie (connu sous le sigle de FSB) a redoublé sa répression contre les personnes ayant des opinions anarchistes en Russie. Par ailleurs, la communauté académique en général est devenue depuis la cible d’une pression croissante ou même de répression directe de la part des autorités russes. Il y a une longue liste de scientifiques russes arrêtés par le FSB, prétendument pour trahison ou espionnage, dont Valery Mitko, Valery Golubkin, Viktor Kudryavtsev et beaucoup d’autres. Les répressions contre les universitaires russes ne sont pas limitées aux sciences naturelles, un sociologue et recteur d’une importante université russe non étatique, Sergei Zuev, faisant partie des victimes les plus récentes.

Les soutiens venant de l’American Mathematical Society, de la London Mathematical Society, de la Société mathématique de France, de l’Unione Matematica Italiana, de la Sociedade Brasileira de Matemàtica et, enfin et surtout, de 54 membres de l’Académie des sciences de Russie témoignent amplement que la communauté mathématique internationale est gravement préoccupée par la situation. Une pétition pour faire entendre la voix sur l’affaire Miftakhov a été signée par plus de 300 mathématiciens, et soutenue par les Sociétés mathématiques d’Espagne, de France et d’Ukraine. Après tout, l’Union mathématique internationale a elle-même appelé le gouvernement russe à laisser Miftakhov terminer ses études doctorales en France, où la Fondation mathématique Jacques Hadamard et le Laboratoire de mathématiques d’Orsay lui ont proposé une position.

Si une attitude plus ferme et plus active n’était pas prise sur la question, l’appel pour la relaxe de Miftakhov tomberait dans l’oreille d’un sourd et ne provoquerait aucune réaction de la part du gouvernement russe – l’appel des 54 académiciens russes a ainsi échoué. Laisser simplement un haut responsable de la FSB, Dmitry Derevyashkin, sur la liste des organisateurs du Congrès international des mathématiciens (ICM) et permettre au Premier ministre de Russie, Mikhail Mishustin, de s’auto-promouvoir sur le compte twitter officiel de l’ICM, pendant qu’Azat reste incarcéré et contraint à travailler dans une scierie au lieu de faire de la recherche en mathématiques sont des actes qui vont contre les valeurs de neutralité politique et de solidarité professionnelle sur lesquelles l’IMU est construite. Nous sommes d’accord avec le fait que boycotter des événements scientifiques est inacceptable, mais continuer une collaboration avec les personnes et les organisations mêmes qui sont coupables de la persécution politique de scientifiques dans notre pays l’est aussi. C’est pourquoi nous soutenons l’idée exprimée par Ahmed Abbes et Cédric Villani et appelons l’IMU à faire ce qu’elle a eu une fois la bravoure de faire, en réponse à des répressions contre nos collègues mathématiciens : repousser le Congrès international des mathématiciens jusqu’au moment où Azat sera relâché de prison ou son affaire révisée, dans une procédure qui respecte ses droits constitutionnels. De plus, nous croyons fermement que le Congrès, se tenant en Russie, doit inclure un panel sur les mathématiciens en danger, par exemple ceux et celles qui sont persécutés pour des raisons politiques par des régimes autoritaires, panel qui serait ouvert au public et largement couvert par des journalistes indépendants.

La peine d’Azat doit se terminer le 5 décembre 2023, ce qui rend tout à fait possible de préserver la sorte de célébration que le Congrès international est pour chacun, et pas seulement pour ceux et celles qui ont la chance de ne pas être arbitrairement persécutés par un gouvernement autoritaire. La frilosité à agir serait un stigmate sur la réputation de l’IMU en tant qu’organisation professionnelle engagée pour les valeurs de liberté scientifique et de neutralité politique. 

Signé par 86 mathématiciens russes, y compris 23 signataires dont nous ne divulguons pas publiquement les noms pour leur sécurité et leur protection.

Liste des 63 signataires publics :

Arseniy Akopyan, Institute for Information Transmission Problems, Russian Academy of Sciences

Dmitri Alekseevsky, Institute for Information Transmission Problems

Maxim Balashov

Alexey Balitskiy, IAS

Mikhail Borovoi, Tel Aviv University

Alexander Bufetov, CNRS

Alisa Chistopolskaya, NRU HSE

Rodion Deev, IMPAN

Anna Dmitrieva, University of East Anglia

Ilya Dumanski, MIT

Alexander Efimov, NRU HSE and Steklov Mathematical Institute

Alexander Elashvili, Tbilisi State University, Razmadze Mathematical Institute

Sergey N. Fëdorov

Boris Feigin, HSE

Sergey Finashin

Yan V Fyodorov, King’s College London

Azat Gainutdinov, CNRS France

Nikita Gladkov, UCLA

Leonid Gurvits, The City College of New York

Lyalya Guseva

Michael Hitrik, UCLA

Andrei Ionov, MIT

Grigory Ivanov, MIPT and IST Austria

Victor Kac, MIT

Ilya Kapovich, Hunter College of CUNY

Roman Karasev, Institute for Information Transmission Problems

Nikolai Konovalov, University of Notre Dame

Dmitri Korshunov, IMPA

Yury Kudryashov, University of Toronto

Mikhail Lobanov, Lomonosov Moscow State University

Dimitri Markushevich, University of Lille

Irina Mamsurova, NRU HSE

Sergey Melikhov, Steklov Mathematical Institute

Leonid Monin, Max Planck Institute for Mathematics in the Sciences in Leipzig

Slava Naprienko, Stanford University

Nikita Nikolskiy, NRU HSE

Victor Ostrik, University of Oregon

Anna Perevalova

Alexander Petrov, Harvard University

Leonid Petrov, University of Virginia

Aleksei Piskunov, NRU HSE

Alexander Popkovich, NRU HSE

Sergey Popov, University of Porto

Vladimir Potapov, Sobolev Institute of Mathematics

Leonid Prigozhin, Ben-Gurion University of the Negev

Vladimir Protasov, Moscow State University

Andrei Rodin, Institute of Philosophy, Russian Academy of Sciences

Vasily Rogov, Humboldt University of Berlin

Daniel Rogozin, Institute for Information Transmission Problem of Russian Academy of Sciences

Slava Rychkov, IHES

Alexander Shen, CNRS & University of Montpellier

Ivan Solonenko, King’s College London

Mikhail Tamm, Moscow State University and Tallinn University

Grigory Taroyan, NRU HSE

Gleb Terentiuk, University of Michigan

Alexandra Utiralova, MIT

Misha Verbitsky, IMPA

Anatoly Vershik, Saint Petersburg branch of Steklov Mathematical Institute

Vladimir Vinnikov, HSE

Vladimir Zakharov

Bogdan Zavyalov, Max Planck Institute for Mathematics

Efim Zelmanov, UC San Diego

Vadim Zharnitsky, University of Illinois

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s